23 juillet 2016

Vancouver Island

Victoria se trouve à la pointe sud-est de Vancouver Island. Nous quittons la ville le lundi matin et remontons vers le nord le long de la côte. Premier arrêt après 2h de route : Nanaimo, petite bourgade minière qui n’offre que quelques rues un peu tristes le long de la mer. Nous pique-niquons dans un petit parc au bord de l’eau avant de repartir, interrompus par la pluie.

Nous quittons à présent la côte et pénétrons à l’intérieur de l’île. La route traverse un paysage sauvage : montagnes couvertes de forêts, lacs, rivières. La bruine qui avait commencé à Nanaimo a cessé mais le ciel est bas et gris. Les sommets se perdent dans la brume.

Il faut trois heures pour traverser l’île d’est en ouest et l’après-midi est déjà bien avancée quand nous atteignons enfin la côte Pacifique. Nous ne nous arrêtons pas tout de suite, longeant la côte vers le nord pendant quelques kilomètres. Derrière la dense forêt, on devine la mer.

Nous arrivons au niveau d’un camping au bord d’une plage. Il est plein mais nous sommes mis sur liste d’attente et une demie-heure plus tard, nous avons une place. L’emplacement est petit mais des buissons épais et hauts nous séparent des voisins. Nous arrivons à monter la tente, laissée intacte depuis notre voyage en Islande il y a cinq ans, et descendons dîner sur la plage.

La mer, blanche, se confond avec le ciel. Le sable humide de la marée basse scintille dans le soir. Quelques vacanciers, du camping ou autres hébergements alentours, profitent comme nous des dernières lueurs du jour. Nous remontons à la tente avant la nuit. Notre intention est de faire un feu. Rendus confiants par notre expérience à  Yosemite il y a deux ans où, sans expérience ni matériel, nous avions obtenu un magnifique foyer, nous avons acheté les « fire starters », les allumettes ainsi que des bûches à l’entrée du camping. Mais voilà, au Yosemite c’était la grande sécheresse et d’ailleurs des feux de forêts se déclaraient un peu partout. Ici, il a plu dans la journée et tous les branchages que je ramasse sont humides. C’est un échec cuisant  (appréciez l’ironie). Les fire starters brûlent ainsi que les dizaines de sopalins que noys ajoutons de façon de plus en plus eratique tandis que notre désespoir augmente. Mais les branchages humides refusent de prendre feu et punissent régulièrement nos maladroites tentatives par des fumées noires. Enfin surtout, les bûches restent de marbre face aux flammes et à notre vaine agitation. Seb aura beau souffler comme un damné, jamais notre feu ne durera plus de quelques minutes. Il fait nuit noire et on va se coucher. Le lendemain, je regarderai jalousement le beau feu des voisins et espionnant un peu pour comprendre la technique…

Première nuit dans la tente, emmitouflés dans les sacs de couchage, le son des vagues pour nous bercer. Nous nous réveillons dans l’air humide et gris, mouillé d’une légère bruine. Au menu du petit déjeuner : thé  (on ne sait pas faire un feu mais on maîtrise le réchaud à gaz), lait chocolaté, amandes, compote de pommes et beurre de cacahuètes sur des galettes de riz. Assez vite, nous sommes prêts pour notre journée d’exploration.

A quelques kilomètres au nord du camping, on trouve Tofino, petit village entouré par les eaux. Il n’y a presque rien : quelques rues flanquées de maisons en tôle ou en en bois, un supermarché, des installations touristiques et la mer, partout, et les hydravions  (c’est vraiment la mode dans le coin). On réserve une balade en bateau pour cet après-midi avant de reprendre la voiture vers le sud.

Au programme pour la fin de matinée : promenade en forêt pour rejoindre une plage isolée. Ici, les forêts sont humides, ils les appellent « rain forest » comme si on était sous les tropiques. Le sol est couvert de mousse, les arbres suintent. Nous marchons sur un petit chemin aménagé fait de planches. La plage à laquelle nous arrivons est en effet assez sauvage bien qu’on trouve tout de même quelques habitations. Les longues étendues de sable humide me rappellent les côtes de la Manche mais le paysage de forêt nordique en arrière plan est bien différent. Le temps s’est légèrement éclairci et nous nous baignons dans l’eau glacée du Pacifique Nord. La marée est descendante et il y a peu de vagues mais j’apprécie la brûlure de l’eau froide sur ma peau. On sort rougis et on se sèche dans la brise salée en pique-niquant.

Nous arrivons à l’avance pour notre sortie en bateau. Nous patientons tranquillement en revassant dans les rues de Tofino puis vient l’heure du départ. Nous embarquons dans un petit bateau à moteur avec deux touristes canadiennes ainsi que le pilote et sa femme. Le but de l’excursion est de se rendre à des sources chaudes mais c’est aussi l’occasion de se promener à travers les multiples petites îles qui entourent Tofino. Sur certaines on trouvent de petits villages qui sont en fait des réserves Amérindiennes. C’est d’ailleurs de l’un de ses villages qu’est originaire notre couple de guide. La traversée dure 1h30, en s’éloignant des terres, le soleil revient et j’admire l’horizon infini du Pacifique.

Une fois arrivés sur l’île, il faut encore marcher 1/2 h avant d’atteindre les sources. Mais quelle récompense !  La rivière d’eau brûlante et souffrée vient se jeter dans la mer. Se faisant, elle forme des petites chutes et des baignoires dans les rochers de la plage. Enfin, elle rejoint l’océan au milieu des embruns et des coquillages. En choisissant bien son emplacement, on peut profiter de l’eau chaude tout en recevant, au grès des vagues dans les rochers, les courants froids venus de la mer. Le mélange est assez agréable et le lieu, idyllique. Nous ne sommes pas les seuls, de nombreux touristes escaladent comme nous les rochers pour trouver la meilleure baignoire où se laisser cuire avec paresse. C’est avec regret que nous quittons ce joli lieu pour retourner à l’embarcadère prendre le bateau. Sur le chemin du retour, nous chercherons sans succès les baleines et les orques dans les vagues du Pacifique. Comme lot de consolation, le pilote nous fait faire le tour d’un îlot couvert d’oiseaux où sont étendues de grosses otaries jaunâtres. Le soir est en train de tomber, la mer brille comme un film argenté. Le plus beau spectacle est celui du soleil se couchant sur le Pacifique avec toutes les nuances colorées que l’on imagine et les îles en ombres chinoises.

De retour au camping à la nuit tombée, nous nous lançons à nouveau dans l’allumage d’un feu. Pour immiter nos voisins, nous avons acheter une petite hache afin de tailler des copeaux de bois dans nos bûches. Cependant, on bons parisiens que nous sommes, on pourra bien s’imaginer que coupage de bois n’est pas notre spécialité. C’est beaucoup plus difficile que ce qu’on pensait bien que pour notre voisin, ça ne semblait pas demander le moindre effort ce matin… Mais nous sommes persistants et ne déclarons pas forfait si rapidement. Après des efforts soutenus, nous arrivons à maintenir un petit foyer qui nous permet de griller quelques chamallows (c’était l’objectif depuis le début). Des voisins nous apportent même une bûche ardente pour alimenter notre feu (ça ne marche pas très bien).

Et voilà passée notre deuxième et dernière nuit à Tofino. Au matin, nous replions la tente et traversons à nouveau l’île. Cette fois, on s’arrête tout de même pique-niquer au bord d’un lac. Nous arrivons à Nanaimo en début d’après-midi où l’on va prendre le ferry (on ne redescend pas jusqu’au terminal de Victoria). Il reste de la place pour le prochain départ et nous attendons à peine. Tout comme à l’aller, le temps est clair et nous passons presque toute la traversée sur le pont, dans le vent. Nous admirons au loin le centre-ville de Vancouver, reconnaissons Stanley Park et UBC. Le ferry se dirige vers le nord et entre dans le fjord qui monte vers Squamish pour nous déposer à Horseshoe Bay. Notre petit séjour à Vancouver Island est terminé et nous continuons notre voyage.

22 juillet 2016

Vancouver – Victoria

Vancouver. Les hauts immeubles de verre se reflètent dans la baie. Dans les rues fleuries de rhododendrons, on sent l’air humide venu de l’océan et on entend les goélands. Le centre-ville est entouré par les eaux. Au sud, de longs troncs allongés servent de bancs sur les jolies plages « Sunset Beach » et « English bay ». Les plus courageux se baignent dans l’eau calme et froide, les autres se contentent de jouer au volley. A l’ouest, la pointe de Stanley Park : sa forêt en pleine ville, sa piste cyclable en sens unique, le « lost lagoon » et ses castors. Et puis au nord, on trouve la marina et une jolie promenade en bord de mer. A l’horizon, les montagnes se perdent dans la brume. On admire les yachts et les voiliers, les cargos et les hydravions. Les joggers se partagent la route avec les vélos, les promeneurs de chiens et les familles venues profiter du beau temps. Aux abords de Canada place, on peut s’installer à la terrasse de cafés trendy. Ou alors, on descend un peu plus à l’est dans les rues de Gastown et ses brasseries. On retrouve dans les rues du centre l’ambiance classique des villes Nord-Américaines, des villes de la côte Ouest où tout est propre et bien organisé, où les gens sont riches et en bonne santé. Sauf que… Sur les trottoirs, traînent les laissés pour compte, les drogués, les marginaux. Ils semblent à peine interférer avec le reste de la population. Ils font partie du décor : comme les mouettes et les fleurs.

Je passe près de 3 semaines dans cette ville. Je déménage plusieurs fois entre le campus de UBC (joli, vert, vide et lointain) et le centre-ville. J’habite d’abord à l’est, avec les drogués et les SDF, puis à l’ouest, avec les rhododendrons et les restaurants coréens. Seb me rejoint : on va à la plage, on se promène sur le port, on admire les hydravions et on va voir les castors. On prépare notre voyage à venir en achetant, de façon légèrement anarchique comme toujours, divers objets utiles pour le camping : des chaises, un réchaud à gaz, des bombes anti-ours, des lampes de poches… Enfin, vient le jour du départ.

On descend d’abord au sud de la ville. On fait nos dernières courses de camping sur Broadway, préparant nos menus à base de fruits secs, pêches en boîte et crackers salés, avant de rejoindre le terminal où l’on prendra le ferry pour Victoria. On a réservé notre passage, pas de soucis à se faire. On attend avec les autres voitures : longues files qui s’apprêtent à embarquer.

On a de la chance : soleil éclatant dans un ciel limpide. J’ai passé un peu de temps ici et ce n’est pas tous les jours comme ça. On profite du beau temps sur le pont du bateau. Le centre-ville de Vancouver s’en va au loin tandis qu’on se rapproche de l’île. Bientôt, nous sommes entourés d’une myriade d’îlots sauvages, couverts de forêts denses et sombres. C’est la côte déchiquetée de Vancouver Island à travers laquelle le ferry trace une route sûre vers notre port d’arrivée.

Nous débarquons sur une petite pointe au nord de Victoria. Il nous faut encore une demie-heure pour rejoindre la ville et l’auberge où nous logeons ce soir : repère de routard qui offre des chambres à bas prix décorées de photos prises à travers le monde. Victoria est la capitale de la Colombie Britannique mais c’est une petite ville, beaucoup plus petite que sa voisine Vancouver. Elle est aussi plus ancienne, une des premières installation de la côte Ouest alors que l’intérieur du continent restait mystérieux pour les colons européens. Dans le centre-ville, les grandes constructions du XVIII ème siècle en style néo classique lui donne un air rétro. Nous parcourons les rues tranquilles et rejoingnons le port. Le soir est en train de tomber, quelques hydravions se reposent près de l’embarcadère. On doit pouvoir venir en hydravion depuis Vancouver. Ça fait envie mais on se contentera de les voir décoller et atterrir sur les eaux calmes… Un festival de spectacles de rue réuni une petite foule et quelques vendeurs ambulants. On y traîne un peu avant de s’éloigner pour dîner de burgers trop gras dans une brasserie.

27 juin 2016

Medellín

Rouge. Rouges les toits de tuiles, rouges les grandes tours de briques, la ville s’étend telle une large flaque rouge au creux des montagnes. Voilà la vision de Medellín que je découvre mon premier matin depuis le toit terrasse de l’hôtel Dorado. Je sors un peu, je découvre à pied les alentours. La ville est encore étrangère, un peu intimidante, j’avance à petits pas dans ce nouveau pays. Je vois des arbres et des parcs, des familles à vélo, des vendeurs de fruits, des cafés et des restaurants.

Au cours de la semaine, je prends les petits taxis jaunes qui forment un flux continu sur l’avenue 70. Tous les jours, je vais à l’université. Le grand campus est à flanc de colline, verdoyant. On travaille assis à l’ombre des arbres, on est jamais complètement à l’intérieur. Il fait rarement trop chaud, « éternel printemps » dû à l’altitude. Le beau campus est fermé par de hautes bordures barbelées, il faut montrer notre badge pour entrer. Je vois des faubourgs moins policés que les abords de l’hôtel : maisons de briques nues, rues cabossées où les enfants jouent au football, masures de tôle le long d’un canal jonché de détritus.

Mais, petit à petit, la ville me devient familière. Je n’ai plus peur de la parcourir à pied, je me fais à ses usages. Si je prends le taxi, c’est par paresse et facilité. Avec le soir, vient toujours la fraîcheur et parfois la pluie ou l’orage. On sort sans crainte sur la Carrera Setenta. Le vendredi, la Colombie gagne le quart de finale de la coupe d’Amérique. La ville est en fête et on va danser la salsa… Et le dimanche, c’est au tour d’une des deux équipes locales de gagner la coupe nationale. Les bars ont eu le temps de changer tous les drapeaux et tous les ballons pour se mettre aux bonnes couleurs. Le match a lieu dans le stade à deux pas de l’hôtel et est diffusé partout… On voit le stade plein de supporters depuis le toit, on entend leur clameur. La victoire est scellée lors d’un deuxième but marqué à 1 minute de la fin. La ville explose littéralement de joie. Il y a des feux d’artifices, les gens dansent dans la rue. On observe tout ça à distance depuis le toit, on entendra les klaxons jusque tard dans la nuit… Et puis, le mercredi suivant, ce sera la défaite face au Chili en demi finale, les cris de douleur et de frustration dans les bars bondés.

Depuis mon arrivée, je mange trop : de la viande surtout  (les végétariens de la conférence ont la vie dure). Je découvre les « chicharrones », sorte de lardons frits, la « carne molida » (viande hachée très sèche), le chorizo, la soupe de « frijoles » (haricots), le « mondongo » (soupe de tripes)  et même des bouts d’intestins frits assez infectes. Heureusement, il y a aussi les jus de fruits : la « lemonada natural », le jus de mangue, de maracuja, de mures, de raisins ou d’autres fruits inconnus que l’on prend « en aqua » ou « en leche ». Lors d’un déjeuner, on affrontera à pied le soleil de midi et les autoroutes pour aller au marché aux fruits. On prendra un repas fruitivor sous les arbres du campus. Puis je découvre aussi les « arepa » (pains de maïs), les « empenadas » (brignets frits à la viande) et les « pastels » (friants fourrés à tout ce que l’on veut) et enfin « l’avena » (boisson sucrée laiteuse) et « l’arequipe » (confiture de lait). Heureusement, l’existence de ces deux derniers mets ne m’est révélée que lors de la deuxième semaine. La première semaine, j’ai été farcie jusqu’à l’écoeurement de chicharrones, de frijoles et de carne molida. Ce n’est que lorsque j’ai enfin réussi à éviter la viande frite que mon appétit s’est ouvert aux mets sucrés, me plongeant dans les affres de la tentation.

Premier week-end. Je prend le bus pour rejoindre un groupe d’amis et visiter Guatape : bourgade touristique à 2 h de Medellín. En achetant ses billets à la gare routière, on a le droit à des places assises numérotées. Mais le bus roule portes ouvertes, des passagers montent et descendent se serrant debout dans les allées. Parfois on a même des marchands ambulants de glaces et autres friandises. Nous roulons doucement, cahotant, vrombissement, bercés par la musique latina et protégés par la vierge Marie qui trône au dessus du chauffeur.

Guatape est adorable : véritable petit paradis avec son lac artificiel parsemé de collines verdoyantes. On monte les 600 marches qui mènent en haut du gros rocher, attraction principale du lieu en plus du lac  (mon exploit de la semaine). Puis on organise une balade en bateau  (à 18 dans une petite barque à moteur). On nous montre les anciennes propriétés, incendiées, en ruine, de Pablo Escobar, célèbre chef du Cartel de Medellín dont je découvre tout juste l’existance (je suis arrivée dans ce pays complètement inculte).

La ville se remet tout juste de son passé violent, sous domination des cartels qui faisaient régner la terreur à coup de corruption, d’attentats et d’assassinats. Mais Pablo Escobar reste un personnage ambivalent, né des ghetto de la ville et devenu l’un des hommes les plus riches de la planète, il a été adulé par les habitants de la ville au moins pendant un temps. Lors de la visite guidée à pied du centre ville, la guide ne prononce pas son nom pour ne pas attirer les questions des passants locaux qui ne parlent pas l’anglais : « qu’est-ce que tu leur dis sur Pablo Escobar ? ». Lorsqu’il l’evoque, un de os chauffeurs de taxi l’appelle simplement « Pablo »…

Réhabilitation : la ville se réinvente. Le métro (le seul de Colombie) fait la fierté des habitants. Un magnifique téléphérique relie le centre à  un quartier défavorisé où l’on construit une immense bibliothèque. On trouve des lieux de culture et des places claires et arborées en remplacement des anciens terrains vagues et squats. Mais le centre n’a pas perdu son âme. Entre les statues de Botero (autre star de la ville, beaucoup moins controversée) on trouve à acheter toute sorte de babioles : bijoux de pacotilles, souvenirs, fausses montres mais aussi films pornos piratés. Et partout on entend les cris des vendeurs de fruits, jus de fruits, glaces qui nous interpellent régulièrement  : « guarapo one thousand » (jus de citron au sucre de canne, très très bon). Les prostituées ne sont pas bien loin : juste à côté de l’église. Et les drogués ne sont pas très difficiles à trouver non plus. Le centre est grouillant, bruyant, joyeux : je l’aime bien. Le tourisme est un phénomène nouveau, nous sommes des objets de curiosité « hé grigos ! ». En groupe, ça va. Quand je me promène seule, c’est plus compliqué. Il me faut composer avec les regards appuyés des hommes absolument sidérés de me voir là et j’attire une horde impressionnante de vendeurs qui m’interpellent et me lancent des déclarations d’amour dans un anglais maladroit. Dans la rue de l’hôtel, c’est beaucoup plus raisonnable et, au final, je me sens plutôt bien dans la ville.

Je suis arrivée inculte : je ne connaissais rien de Medellín et très peu de la Colombie que j’associais vaguement à des images négatives : drogue, violence, farcs, conflits… Tout ça a existé et existe toujours mais ce n’est plus l’image que j’en ai. Je vois un pays joyeux et accueillant, je pense aux chicharrones, aux arepas, aux frijoles, à l’avena et à l’arequipe  (oui, je sais, je pense beaucoup à la nourriture). Je pense aux toits rouges de Medellín, au lac de Guatape, au doux climat, aux soirées fraîches, au football et à la salsa… J’ai aimé Medellín et j’y retournerai peut-être. Je retournerai sûrement en Colombie car j’ai maintenant envie d’explorer et de visiter le reste du pays. Ce fut une belle découverte…