27 juin 2016

Medellín

Rouge. Rouges les toits de tuiles, rouges les grandes tours de briques, la ville s’étend telle une large flaque rouge au creux des montagnes. Voilà la vision de Medellín que je découvre mon premier matin depuis le toit terrasse de l’hôtel Dorado. Je sors un peu, je découvre à pied les alentours. La ville est encore étrangère, un peu intimidante, j’avance à petits pas dans ce nouveau pays. Je vois des arbres et des parcs, des familles à vélo, des vendeurs de fruits, des cafés et des restaurants.

Au cours de la semaine, je prends les petits taxis jaunes qui forment un flux continu sur l’avenue 70. Tous les jours, je vais à l’université. Le grand campus est à flanc de colline, verdoyant. On travaille assis à l’ombre des arbres, on est jamais complètement à l’intérieur. Il fait rarement trop chaud, « éternel printemps » dû à l’altitude. Le beau campus est fermé par de hautes bordures barbelées, il faut montrer notre badge pour entrer. Je vois des faubourgs moins policés que les abords de l’hôtel : maisons de briques nues, rues cabossées où les enfants jouent au football, masures de tôle le long d’un canal jonché de détritus.

Mais, petit à petit, la ville me devient familière. Je n’ai plus peur de la parcourir à pied, je me fais à ses usages. Si je prends le taxi, c’est par paresse et facilité. Avec le soir, vient toujours la fraîcheur et parfois la pluie ou l’orage. On sort sans crainte sur la Carrera Setenta. Le vendredi, la Colombie gagne le quart de finale de la coupe d’Amérique. La ville est en fête et on va danser la salsa… Et le dimanche, c’est au tour d’une des deux équipes locales de gagner la coupe nationale. Les bars ont eu le temps de changer tous les drapeaux et tous les ballons pour se mettre aux bonnes couleurs. Le match a lieu dans le stade à deux pas de l’hôtel et est diffusé partout… On voit le stade plein de supporters depuis le toit, on entend leur clameur. La victoire est scellée lors d’un deuxième but marqué à 1 minute de la fin. La ville explose littéralement de joie. Il y a des feux d’artifices, les gens dansent dans la rue. On observe tout ça à distance depuis le toit, on entendra les klaxons jusque tard dans la nuit… Et puis, le mercredi suivant, ce sera la défaite face au Chili en demi finale, les cris de douleur et de frustration dans les bars bondés.

Depuis mon arrivée, je mange trop : de la viande surtout  (les végétariens de la conférence ont la vie dure). Je découvre les « chicharrones », sorte de lardons frits, la « carne molida » (viande hachée très sèche), le chorizo, la soupe de « frijoles » (haricots), le « mondongo » (soupe de tripes)  et même des bouts d’intestins frits assez infectes. Heureusement, il y a aussi les jus de fruits : la « lemonada natural », le jus de mangue, de maracuja, de mures, de raisins ou d’autres fruits inconnus que l’on prend « en aqua » ou « en leche ». Lors d’un déjeuner, on affrontera à pied le soleil de midi et les autoroutes pour aller au marché aux fruits. On prendra un repas fruitivor sous les arbres du campus. Puis je découvre aussi les « arepa » (pains de maïs), les « empenadas » (brignets frits à la viande) et les « pastels » (friants fourrés à tout ce que l’on veut) et enfin « l’avena » (boisson sucrée laiteuse) et « l’arequipe » (confiture de lait). Heureusement, l’existence de ces deux derniers mets ne m’est révélée que lors de la deuxième semaine. La première semaine, j’ai été farcie jusqu’à l’écoeurement de chicharrones, de frijoles et de carne molida. Ce n’est que lorsque j’ai enfin réussi à éviter la viande frite que mon appétit s’est ouvert aux mets sucrés, me plongeant dans les affres de la tentation.

Premier week-end. Je prend le bus pour rejoindre un groupe d’amis et visiter Guatape : bourgade touristique à 2 h de Medellín. En achetant ses billets à la gare routière, on a le droit à des places assises numérotées. Mais le bus roule portes ouvertes, des passagers montent et descendent se serrant debout dans les allées. Parfois on a même des marchands ambulants de glaces et autres friandises. Nous roulons doucement, cahotant, vrombissement, bercés par la musique latina et protégés par la vierge Marie qui trône au dessus du chauffeur.

Guatape est adorable : véritable petit paradis avec son lac artificiel parsemé de collines verdoyantes. On monte les 600 marches qui mènent en haut du gros rocher, attraction principale du lieu en plus du lac  (mon exploit de la semaine). Puis on organise une balade en bateau  (à 18 dans une petite barque à moteur). On nous montre les anciennes propriétés, incendiées, en ruine, de Pablo Escobar, célèbre chef du Cartel de Medellín dont je découvre tout juste l’existance (je suis arrivée dans ce pays complètement inculte).

La ville se remet tout juste de son passé violent, sous domination des cartels qui faisaient régner la terreur à coup de corruption, d’attentats et d’assassinats. Mais Pablo Escobar reste un personnage ambivalent, né des ghetto de la ville et devenu l’un des hommes les plus riches de la planète, il a été adulé par les habitants de la ville au moins pendant un temps. Lors de la visite guidée à pied du centre ville, la guide ne prononce pas son nom pour ne pas attirer les questions des passants locaux qui ne parlent pas l’anglais : « qu’est-ce que tu leur dis sur Pablo Escobar ? ». Lorsqu’il l’evoque, un de os chauffeurs de taxi l’appelle simplement « Pablo »…

Réhabilitation : la ville se réinvente. Le métro (le seul de Colombie) fait la fierté des habitants. Un magnifique téléphérique relie le centre à  un quartier défavorisé où l’on construit une immense bibliothèque. On trouve des lieux de culture et des places claires et arborées en remplacement des anciens terrains vagues et squats. Mais le centre n’a pas perdu son âme. Entre les statues de Botero (autre star de la ville, beaucoup moins controversée) on trouve à acheter toute sorte de babioles : bijoux de pacotilles, souvenirs, fausses montres mais aussi films pornos piratés. Et partout on entend les cris des vendeurs de fruits, jus de fruits, glaces qui nous interpellent régulièrement  : « guarapo one thousand » (jus de citron au sucre de canne, très très bon). Les prostituées ne sont pas bien loin : juste à côté de l’église. Et les drogués ne sont pas très difficiles à trouver non plus. Le centre est grouillant, bruyant, joyeux : je l’aime bien. Le tourisme est un phénomène nouveau, nous sommes des objets de curiosité « hé grigos ! ». En groupe, ça va. Quand je me promène seule, c’est plus compliqué. Il me faut composer avec les regards appuyés des hommes absolument sidérés de me voir là et j’attire une horde impressionnante de vendeurs qui m’interpellent et me lancent des déclarations d’amour dans un anglais maladroit. Dans la rue de l’hôtel, c’est beaucoup plus raisonnable et, au final, je me sens plutôt bien dans la ville.

Je suis arrivée inculte : je ne connaissais rien de Medellín et très peu de la Colombie que j’associais vaguement à des images négatives : drogue, violence, farcs, conflits… Tout ça a existé et existe toujours mais ce n’est plus l’image que j’en ai. Je vois un pays joyeux et accueillant, je pense aux chicharrones, aux arepas, aux frijoles, à l’avena et à l’arequipe  (oui, je sais, je pense beaucoup à la nourriture). Je pense aux toits rouges de Medellín, au lac de Guatape, au doux climat, aux soirées fraîches, au football et à la salsa… J’ai aimé Medellín et j’y retournerai peut-être. Je retournerai sûrement en Colombie car j’ai maintenant envie d’explorer et de visiter le reste du pays. Ce fut une belle découverte…

6 juin 2016

De Portland à Minneapolis

C’est le milieu de l’après-midi à Portland et il fait très chaud. Une chaleur estivale début juin pour une ville qui est pourtant connue pour être plutôt fraîche et humide. Je suis à Union Station et je m’apprête à prendre le train : un long voyage de 36 heures vers Minneapolis. J’ai acheté ce billet un peu sur un coup de tête : je devais vraiment me rendre d’une ville à l’autre, l’avion était cher et j’avais le temps alors pourquoi pas…

Les trains aux États-Unis n’ont pas grand chose à voir avec les trains européens. A part pour de rares courtes distances, ce n’est pas un moyen habituel de se déplacer : les villes sont très éloignées les unes des autres et les trains très lents. On ne prend pas le train parce que c’est pratique  (ça ne l’est pas), on s’engage par choix dans une petite épopée, dans un voyage en tant que tel. Par ailleurs la dimension historique est ici importante : les trains ont conquis cet immense territoire, ils sont la mémoire des pionniers, du far west, chaque ligne a son nom propre.

J’embarque dans « l’empire builder » qui relie Seattle / Portland à l’ouest à Chicago à l’est. Je ne parcours pas l’ensemble de la voie mais presque : 36h de voyage soit 2 nuits et une journée complète.

J’entre dans le wagon qu’on m’a assigné. A l’étage inférieur, on ne trouve que des toilettes et des locaux à bagages. Tous les sièges sont à l’étage. Ils sont très spacieux et confortables. Il y a aussi des wagons couchettes mais qui coûtent beaucoup plus cher.

Le train démarre, le voyage débute. On quitte lentement le paysage rétro industriel de Portland en traversant de multiples ponts et plans d’eau.  Nous suivons le cours de la rivière Columbia qui marque la frontière entre l’Oregon et l’état de Washington. On traverse le paysage verdoyant des rives du fleuve : jolie propriétés, baigneurs et pêcheurs.  Régulièrement, apparaît au sud la pointe enneigée du Mont Hood, majestueuse dans le ciel bleu. Puis le paysage devient plus sauvage, nous longeons le cours d’une vallée escarpée, la vue est parfois bloquée par un rideau végétal très dense. La rivière apparaît entre les arbres, large et scintillante, parfois découpée de petites îles. Le flanc opposé est une falaise abrupte et rocheuse sur laquelle la forêt semble couler tel un torrent.

Le soir approche et je décide d’aller me restaurer. Nous avons un wagon bar qui marque, pour l’instant, l’avant du train. La nourriture est vendue au niveau inférieur mais les passagers s’installent à l’étage qui a été aménagé pour admirer le paysage : un wagon entier formé d’une grande baie vitrée avec des sièges qui font face aux fenêtres. C’est là que je déguste mon « veggie burger » réchauffer au micro onde et que j’essaie en vain de boire un infâme chocolat chaud.

En face de moi : la rivière. Nous avons dépassé un barrage et le paysage est très différent de tout à l’heure. Nous sommes en amont du barrage, la rivière est plus large et plus calme. Autours, plus de falaises sauvages mais une longue plaine rongée par l’eau, couverte d’herbes rases. Tout paraît doré dans le soleil du soir. Des champs d’éoliennes tournent lentement dans le vent. À l’ouest, le Mont Hood disparaît dans les nuages au dessus de la rivière argentée.

C’est ainsi que tombe le premier soir de mon voyage et que je m’apprête à passer la première nuit dans le train, bercée par la vibration des rails et les longs sifflement de la locomotive. Bien sûr, mon siège est loin d’avoir le confort d’un lit. Mais je n’ai pas de voisin et peux donc m’étaler tant bien que mal dans des positions pas trop inconfortables. Je ne dors pas profondément mais je dors quand même. Quand je me réveille pour de bon, le soleil est levé et nous traversons une forêt de conifères.

Mon téléphone marque 6h30 mais il a suivi le changement d’heure dû au déplacement vers l’est. A l’heure de Portland, il n’est en fait que 5h30. Je somnole encore un moment au milieu des pins avant de me décider à aller prendre un petit déjeuner. Pendant la nuit, nous avons perdu notre locomotive et nous sommes raccrochés au train venant de Seattle : plusieurs wagons sont apparus à l’avant du wagon bar, en particulier, le wagon restaurant !  C’est un vrai restaurant avec des tables et des serveurs. C’est là bas que je prends mon petit déjeuner en compagnie d’une américaine retraitée qui va voir sa nièce à  New York (elle prend donc un autre train après celui là).

Nous sommes dans le Montana et plus précisément dans le « Glacier national park ». Le paysage est tout simplement époustouflant : torrents sauvages dévalant des montagnes, pics enneigés (les rocheuses), clairières verdoyantes, lacs argentés et forêts profondes. Après mon repas, je vais dans le wagon-baie-vitrée où des guides du parc national sont là pour nous faire une visite guidée !  « Sur la gauche du train vous pouvez voir le mont bidule chouette, à droite dans quelques minutes un joli lac que vous pourrez prendre en photo ». La traversée dure encore bien une heure et puis nous quittons les montagnes très soudainement. Nous voilà dans les grandes plaines, plus précisément sur le territoire des indiens Blackfoot. Les guides nous racontent des anecdotes sur la conquête de l’ouest mais avec un discours qui a évolué bien loin des westerns et dans lequel la spoliation des indiens apparaît très clairement. On s’offusque en particulier des blancs qui, depuis notre train, tiraient sur les bisons « pour s’amuser ».

Il n’y a plus de bisons sur les grandes plaines mais des larges troupeaux et des champs de céréales . Les rocheuses ne sont plus qu’une ombre dans le ciel avant de disparaître. Toute la journée, nous traversons le Montana. Le paysage est moins spectaculaire, plus monotone mais reste joli. Les grands silos de metal s’élèvent dans la plaine. Parfois on croise une rivière ou un amas rocheux.

Le train s’arrête dans de minuscules gares perdues au milieu de nulle part. Parfois nous sommes autorisés à descendre nous dégourdir les jambes  (et fumer pour ceux que ça intéresse). C’est comme ça que je me retrouve sous le soleil de midi à Shelby : quelques cailloux poussiéreux, des « trucks » garés un peu plus loin, un vieux wagon rouillé…

En début de soirée, nous arrivons dans le North Dakota. La longue plaine est maintenant mouillée d’une multitude de lacs et d’étangs qui brillent dans la lumière du soir. Les silots à grains sont parfois remplacés par des pompes à pétrole. Je suis dans le wagon à paysage, j’attends patiemment l’heure de ma réservation au restaurant en regardant le soleil se coucher : pour le dîner, réservation obligatoire !

Je partage mon dîner avec deux américaines. L’une d’elle habite Fargo où nous arriverons cette nuit. Elle fait une thèse en communication. Originaire de la petite ville de White Salmon dans le Montana, où nous sommes passés ce matin, elle est l’une des rares personnes pour qui le train est véritablement pratique. L’autre femme est une vieille dame afro-americaine toute menue et qui semble perdue dans ses pensées. Ce n’est qu’à la fin du repas qu’elle réalise que je suis française ce qui fait naître en elle un flot d’émotions joyeuses et de souvenirs quelque peu décousus de voyages passés.

La nuit est maintenant tombée, à peine perçoit-on encore la lueur du crépuscule à l’horizon. Deuxième nuit dans le train : j’ai un peu plus d’expérience. Je me suis achetée une couverture à 10 dollars pour me protéger de l’air climatisé. Je dors par bribe de 2 ou 3h. A nouveau, j’ai la chance de n’avoir personne à côté de moi. Je suis encore somnolente lorsque, peu après 7h, j’entends l’annonce pour Minneapolis. Je range les affaires étalées autour de moi dans ce qui a été mon petit espace ces 2 derniers jours et je descends récupérer ma valise. Dehors, la ville apparaît dans la lumière crue du matin : je suis arrivée.

31 janvier 2016

Festival de Gerardmer – Dimanche et palmarès

Nous commençons notre dernière journée par la séance de courts métrages en compétition. Les cinq films présentés sont tous de qualité ce qui est bien agréable. Le tout premier, Juliet, est une vraie perle. Il nous décrit avec humour  un monde où l’on remplace petit à petit les êtres chers par des robots (partenaire amoureux ou sexuel, enfant, parent). Bien monté, c’est un mélange savant de flashs télévisés, de publicités et de situations particulières : la file d’hommes qui attend la sortie de la nouvelle Juliet comme si c’était un iphone, le passage rapide d’un homme qui demande le droit d’épouser sa poupée Romeo, ou une dame âgée qui la présente à ses copines. Cinglant et maîtrisé, pour moi, il mérite de gagner. L’autre que je retiendrai est L’Ours Noir : délire complet sur un groupe de touristes belges en vacances au Canada, librement inspiré des règles de sécurité d’un parc national québécois. Fou rire assuré.

Puis voilà l’heure de notre dernière séance : le film danois en compétition What we become. Peu de choses à dire sur ce film. Pour ceux qui ont vu Fear the walking dead, c’est un peu la même chose mais en mieux  (parce que bon, Fear the walking dead, c’est pas génial quand même). Disons que dans le film danois, les personnages sont assez bien faits pour qu’on n’ait pas envie de les tuer nous même. Donc voilà, c’est un film de zombie plutôt bien fichu mais qui n’invente rien !

Et voilà venu le moment de quitter Gerardmer, le festival est terminé après 18 séances ! Comme d’habitude, nous suivons le palmarès à distance depuis Twitter dans la voiture. Cette année, il est difficile de faire des pronostics : les films sont en général assez bons sans qu’aucun ne se détache vraiment. Par ailleurs, le président du jury est Claude Lelouche qui n’est pas vraiment un réalisateur de films de genre. Et plusieurs membres du jury ont avoué ne pas aimer les films fantastiques !! On se demande un peu ce qu’ils font là…

Le prix du court métrage est attribué à Quenottes. Sans être mauvais, je le trouvais beaucoup moins bon que Juliet. Le prix du jury jeune va à Southbound, le prix SciFi à The Witch, le prix de la critique à Évolution et le prix du public à The Devil’s Candy (qui gagne aussi à raison le prix de la meilleure musique) : que des films différents et rien qui ne m’étonne vraiment. Enfin le jury remet ses prix : prix spécial ex aequo à Évolution et Jeruzalem et Grand Prix à Bone Tomahawk. Et voilà encore 2 nouveaux films primés. Comme je le prévoyais, pas de grands gagnants. Les films avaient du mal à se démarquer, ça dépendait beaucoup de la sensibilité de chacun. Je suis évidemment un peu déçue du Grand Prix : Bone Tomahawk n’étant vraiment pas mon favori. Mais bon, il avait plu à d’autres et comme tout le monde (6 films sur 10) a reçu une récompense, finalement le palmarès reflète assez bien le ressenti du festival !

À l’année prochaine ?